Les dernières actualités . Mot clé : ministère

Internes en médecine générale : Olivier Véran, un ministre à l'écoute

publiée le 02 mars 2020

Pour son premier déplacement en tant que ministre de la Santé, Olivier Véran est venu au congrès de l’ISNAR-IMG. L’occasion d’aborder, entre autres sujets, la question du temps de travail des internes, qui a fait l’objet d’annonces ministérielles.

Le traditionnel congrès annuel de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes en médecine générale (Isnar-Img) s’est tenu à Saint-Etienne fin février. Et a reçu, à l’occasion de cette 21ème édition, deux invités de marque, en la personne du président du Collège national des généralistes enseignants (CNGE), le Pr Vincent Renard, et du tout nouveau ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. Au menu des discussions : la question de l’emploi du temps et des conditions de travail des internes en médecine générale (IMG), notamment lorsque ces derniers sont en stage à l’hôpital. Chiffres à l’appui. En effet, le Pr Renard a dévoilé les premiers résultats d’une grande enquête nationale s’appuyant sur plus de 2 000 réponses d’IMG sur leur "emploi du temps" en formation. 

Surcharge de travail


Ainsi, les futurs médecins généralistes passent en moyenne 9,54 demi-journées hebdomadaires en stage. Pour mémoire, les textes réglementaires prévoient que les internes en médecine générale passent chaque semaine 8 demi-journées en stage, une demi-journée à la faculté et une demi-journée pour leur travail personnel. Si, avec une moyenne de 7,88 demi-journées par semaine de stage, l’ambulatoire respecte la réglementation, l’hôpital, lui, affole les compteurs puisque le temps de travail hebdomadaire moyen des IMG y atteint 10,44 demi-journées. Un chiffre qui cache par ailleurs de fortes disparités régionales. A l’arrivée, il n’est donc pas surprenant qu’un gros tiers des internes interrogés (37%) qualifient leur charge de travail comme allant de « lourde à très lourde ».

Engagement ministériel 


Cette réalité, le nouveau ministre de la Solidarité et de la Santé qui, pour son premier déplacement et son premier discours avait donc choisi le congrès des internes en médecine générale, a assuré l’avoir entendue. Olivier Véran s’est en effet engagé sur plusieurs questions. Le non-respect du temps de travail hebdomadaire de 48 heures pour les internes tout d’abord, qui « n’est plus acceptable, il y a eu trop de drames ». C’est en ce sens que le ministre s’est dit prêt à engager des sanctions financières contre les établissements qui n'appliqueraient pas la législation. La comptabilisation des demi-gardes ensuite, qui seront ainsi désormais rémunérées. Quant à la prime perçue par les internes qui réalisent des stages en zone sous-dense, elle devrait passer de 200 à 300 euros brut par mois. Enfin, en matière de liberté d’installation le nouveau locataire de l’avenue de Ségur a assuré aux quelque 700 congressistes présents qu’il s’opposera « à tous ceux qui prônent la coercition à l’installation ». « Nous avons bien sûr été honorés par sa visite. Mais cela ne nous empêchera pas d’être hyper-vigilants sur la traduction concrète de ses propos. Surtout en matière de respect du temps de travail. En plus du risque accru de tragédies individuelles qui peuvent culminer au suicide, un interne épuisé ne peut pas prendre convenablement en charge les patients », analyse le porte-parole de l’Isnar, Matthieu Thomazo. 

Expérimentations du ministère de la Santé

publiée le 23 septembre 2019

C’est le 30 septembre prochain que se termine la période de candidature des professionnels de santé pour participer aux expérimentations d’innovation du système de santé proposées par le Ministère de la santé. Ces deux expérimentations portent respectivement sur l’organisation et sur le financement. 

Expérimentation d'une organisation collective pour une patientèle partagée

L’expérimentation « Incitation à une prise en charge partagée » (IPEP) invite les professionnels de santé à se regrouper pour proposer des services à leur patientèle commune. Il s’agit d’améliorer l’accès aux soins, la coordination de la prise en charge (en particulier entre les soins de ville et l’hôpital), la pertinence des prescriptions de médicaments, et la prévention en santé. 
L’expérimentation est ouverte à différents groupements d’acteurs en santé : groupement de maisons de santé pluriprofessionnelles, maison de santé pluriprofessionnelle, centre de santé, communauté professionnelle territoriale de santé…. Les groupements doivent intégrer des médecins traitants, et totaliser une patientèle supérieure à 5000 patients… 


Expérimentation d’un financement collectif au forfait

Destinée aux professionnels de santé en ville organisés en équipes (maisons ou centres de santé, par exemple), l’expérimentation « Paiement en équipe de professionnels de santé en ville » (PEPS) consiste à tester un nouveau modèle de financement collectif forfaitaire. 
Le financement forfaitaire portera soit sur l’ensemble de la patientèle, soit sur la patientèle des personnes âgées de plus de 65 ans (ainsi que des personnes de plus de 50 ans en affection de longue durée pour maladie neurodégénérative), soit sur la patientèle des personnes diabétiques.
Peut candidater à cette expérimentation, la structure doit comprendre au moins trois médecins généralistes et un infirmier, avec une patientèle minimale de 250 personnes.


Ces deux expérimentations débuteront en janvier 2020.

     1  

Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.