Football et prévention : les Bleues ouvrent la voie

Publiée 22 juillet 2019

médecin sport entretiens 

Le parcours des Bleues a suscité un engouement sans précédent pour la discipline. Et ouvre déjà la voie à une prise en charge médicale mieux adaptée au quotidien pour toutes les femmes qui, en France, jouent dans un club de foot. Rencontre avec le responsable du staff médical des Bleues, le Dr Vincent Detaille.

À 49 ans, le Dr Vincent Detaille est un médecin heureux. Malgré la défaite des joueuses de l’équipe de France en quart de finale, le football féminin n’a jamais suscité un tel engouement chez les Français. Et le responsable du staff médical apprécie, à juste titre, cette victoire là. Mais, au fait, comment devient-on le médecin des Bleues ?

Une expérience forgée en Bretagne

« Depuis que je suis gamin, j’ai toujours eu un attrait pour le sport. Ensuite, après avoir fait médecine, j’ai travaillé sur Lorient, au Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape où j’exerce depuis une quinzaine d’années. Par ailleurs, j’étais aussi médecin de l’équipe de foot de Lorient. J’avais donc déjà de l’appétence pour le foot et une expérience qui s’est forgée durant ces quinze années là. À Lorient, il y avait aussi une équipe de foot féminine, qui faisait partie du Football Club de Lorient et que je suivais également. À l’arrivée, c’est Corinne Diacre, la sélectionneuse de l’équipe de France qui m’a contacté il y a deux ans », explique ainsi celui qui est « médecin du sport spécialisé en médecine de rééducation, avec une orientation traumatologie orthopédie », titulaire d’un « diplôme de physiologie du sport et de traumatologie du sport » ainsi que d’un « diplôme de préparation physique ». Durant la Coupe du monde, le staff médical comptait, en tout, trois kinés et un médecin qui interagissaient avec les joueuses, bien sûr, mais aussi le préparateur physique et le staff technique.

Les différences de prise en charge femmes / hommes

Et, au quotidien, existe-t-il des différences de prise en charge selon qu’on ait affaire à une équipe féminine ou masculine ? « Au niveau comportemental, les filles agissent différemment des hommes. Les messages qu’on donne passent beaucoup plus vite et sont mis en place plus rapidement chez les féminines. Alors que chez les hommes, on est souvent obligé d’insister plus longtemps, de leur dire, puis de le re-redire », sourit Vincent Detaille. Quant au niveau purement médical, il semble que les blessures ne soient pas de même nature. « Comme il y a de plus en plus de licenciées et que la pratique du sport chez les femmes se développe beaucoup, de nombreuses études commencent à sortir. Par exemple pour le football, il y a moins de lésions musculaires que chez les hommes, mais davantage de lésions ligamentaires. Et les femmes sont plus sujettes à faire des commotions que les hommes. Ce sont toutes ces choses qui nous conduisent à mettre en place des protocoles de prévention différents de ceux des hommes », analyse le Dr Detaille qui, sur ce sujet, a un autre motif de satisfaction : le développement progressif de la prévention pour toutes les joueuses, indépendamment du niveau du club dans lequel elles évoluent. « Il y a eu de gros progrès dans la prise en charge des joueuses au sein des clubs. La « Fédé » a mis en place un groupe d’études et est train de peaufiner un programme préventif pour les féminines, afin qu’il puisse être appliqué dans les clubs de football. Ce sont des choses qui n’existaient pas il y a encore deux ans ». 

Crédit photo : Thibaut Vianney/FFF


Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.