Rapport OCDE : Panorama de la Santé

Publiée 07 juin 2018

Dans un rapport publié fin 2017, l’OCDE* met en avant l’amélioration des soins de santé comme un facteur important de l’augmentation de l’espérance de vie. Dans son Panorama de la Santé, l’organisation met en évidence que depuis 1970 l’espérance de vie à la naissance a augmenté de plus de 10 ans dans tous les pays de l’OCDE pour atteindre une valeur moyenne de 80,6 ans. D’autres facteurs expliquent aussi ce gain, comme des revenus plus élevés, des modes de vie plus sains et de meilleurs niveaux d’éducation.

Pour l’OCDE, le niveau des dépenses de santé n’explique pas à lui seul les gains d’espérance de vie. Elles se situent en moyenne pour les pays membres de l’organisation à 4.000$ par habitant et par an, avec un pic aux Etats-Unis (9.900$), soit 17.2% du PIB. En Suisse, en Allemagne, en Suède et en France, elles dépassent ou sont égales à 11% du PIB.

Face à ce constat, certains pays ont cherché à faire des économies :

  • En favorisant le recours aux médicaments génériques, qui pèsent aujourd’hui plus de 75% des ventes en volume de produits pharmaceutiques aux États-Unis, au Chili, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.
  • En ne prescrivant les antibiotiques uniquement qu’en dernier recours. Leur usage varie du simple au triple selon les pays, avec des volumes plus marqués en Grèce et en France.
  • En généralisant la prise en charge des interventions chirurgicales mineures en ambulatoire.

Un bon niveau de soin

Ces mesures n’ont pas entravé la qualité des soins de santé :

  • Plus de 80% des patients déclarent avoir un ressenti positif concernant le temps passé avec un médecin, la clarté des explications données et la manière dont ils ont été associés aux décisions médicales.
  • De nombreux pays sont parvenus à éviter des hospitalisations en lien avec des pathologies chroniques (diabète, asthme).
  • Les décès liés à un infarctus du myocarde ou un AVC reculent.
  • Principale cause de mortalité dans la plupart des pays de l’OCDE, les cardiopathies ischémiques sont en revanche relativement faibles au Japon, en Corée, en France et aux Pays-Bas.
  • Certains cancers sont mieux traités, comme le cancer du sein (taux de survie à cinq ans de 85%) ou les cancers du côlon et du rectum (un peu plus de 60%).

Quelques problèmes chroniques

L’OCDE se félicite de la baisse des taux de tabagisme, mais pointe du doigt un échec des politiques de lutte contre l’obésité et la consommation nocive d’alcool.

  • 20% des adultes s’adonnent régulièrement à une suralcoolisation épisodique (binge drinking).
  • En Belgique, en Autriche et en France, le nombre de litres consommés par habitant est nettement supérieur à la moyenne de l’OCDE.

De même, la question de la pollution de l’air ne semble pas prioritaire.

Hausse du personnel médical

La part des travailleurs employés dans le secteur médico-social n’a cessé de progresser dans la plupart des pays de l’OCDE entre 2000 et 2015. Ainsi, elle a augmenté en moyenne de 1,7% par rapport à l’emploi total sur cette période.

Les activités médico-sociales représentent ainsi en moyenne environ 10% de l’emploi total en 2015, avec des pics à plus de 15% dans les pays scandinaves, en Finlande et aux Pays-Bas. Ce chiffre s’élève à 14,3% en France.

Un tiers des médecins dans les pays de l’OCDE étaient âgés en moyenne de plus de 55 ans en 2015, contre seulement 20% en 2000. Entre 2000 et 2015, la part des médecins de plus de 55 ans a plus que doublé en France, en Italie, en Espagne et en Autriche.

Pour anticiper ce mouvement, certains gouvernements ont pris des mesures en amont. Le nombre de médecins nouvellement diplômés a progressé sensiblement, à la suite de décisions concernant le numerus clausus, comme en Irlande. Depuis 2000, la plupart des pays de l’OCDE ont relevé ce quota. Certains pays font aussi largement appel à des médecins formés à l’étranger.

Les femmes médecins sont aussi de plus en plus nombreuses. En 2015, en moyenne, elles représentaient 46% des médecins exerçant dans l’OCDE, contre 39% en 2000. Dans 11 pays, elles sont à parité, et leur part grimpe même à plus de 70% en Lettonie et en Estonie.

Face au spectre du vieillissement démographique, le nombre d’infirmiers est passé de 7,3 pour 1.000 habitants en 2000 à 9 pour 1.000 habitants en 2015 ; avec un pic à plus de 14 pour 1.000 dans certains pays (Suisse, Norvège, Danemark, Islande, Finlande).

On dénombrait environ 3 infirmiers par médecin en moyenne dans les pays de l’OCDE, avec à peu près la moitié des pays enregistrant un chiffre compris entre 2 et 4.


* L'OCDE compte 35 pays membres à travers le monde, de l’Amérique du Nord et du Sud à l’Europe et l’Asie-Pacifique.

Contactez-nous

Recherchez votre agence

rechercher agences La MédicaleEn cliquant
sur la carte

Posez une question, informez-vous

Les assurances Médicale de France proposent des prestations spécifiques pour les métiers de la santé : découvrez les offres responsabilité civile pour professionnel de santé, la protection juridique du médecin, l'assurance emprunteur du professionnel de santé et les offres multirisques habitation pour protéger le lieu de travail