OCDE : le système de santé français est encore perfectible

Publiée 27 janvier 2020

OCDE population chiffres 

L’OCDE a publié en novembre dernier son Panorama 2019 de la santé. La France est bien positionnée et l’espérance de vie des Français est élevée. Néanmoins, certains points, comme la prévention, restent à améliorer.

Les dépenses de santé, qui atteignent 11,2% du PIB, sont supérieures à la moyenne de l’OCDE (8,8%), mais progressent moins vite qu’ailleurs (+0,8% de 2008 à 2013). Elles devraient grimper à 13% en 2030 (vs 10% dans l’OCDE). 

L’OCDE souligne les points positifs du système français, comme l’accès aux soins :
  • la couverture publique et des assurances obligatoires est élevée, à hauteur de 83% (vs 73% dans l’OCDE).
  • les dépenses directes des ménages sont parmi les plus faibles des pays de l’OCDE (2% de la consommation finale des ménages vs 3,3% dans l’OCDE).

Ralentissement des gains d'espérance de vie

Depuis 2011, les gains d’espérance de vie progressent moins vite, en raison en particulier l’augmentation des décès dus à la grippe et autres maladies respiratoires. L’OCDE préconise la vaccination contre la grippe.

Les experts notent aussi que la baisse des risques liés aux maladies cardiovasculaires (AVC et crises cardiaques) ralentit. L’alcool et le tabac sont pointés du doigt. 75.000 décès prématurés pourraient être évités.
  • 25% des Français de plus de 15 ans fument quotidiennement contre 18% en moyenne dans le reste de l’OCDE.
  • La France est le 3ème pays de l’OCDE en termes de consommation d’alcool, à raison d’une moyenne de 13 litres par habitant de plus de 15 ans et par an. Une consommation qui ne baisse pas.
L’OCDE relève que les premiers résultats de la bataille contre le tabac sont trop récents pour être mesurés dans cette étude.

Des prescriptions inappropriées

Autre travers du système, les médecins Français ont tendance à prescrire encore trop d'antibiotiques. Leur utilisation est supérieure de 25% à la moyenne des pays de l'OCDE, même si les pouvoirs publics luttent contre cette médication excessive depuis 2002. Il s’agit d’ailleurs d’un sujet, qui concerne également d’autres pays, selon les prévisions de l’OCDE.



Néanmoins, l'agence Santé publique France a publié un rapport en novembre dernier, c’est-à-dire après la parution de l’étude de l’OCDE, qui indique une inflexion : la consommation d'antibiotiques a en effet chuté de 15% depuis 2009.

Réorganiser l'offre médicale

L’OCDE note qu’en 2017, 45% des médecins sont âgés de 55 ans ou plus en France, contre 16% dix ans plus tôt. Cette situation risque de renforcer à moyen terme le phénomène de désert médical. En revanche, l’Hexagone ne manque pas de personnel infirmier.

Avec 6 lits pour 1.000 habitants, la France est légèrement au-dessus de la moyenne de l’OCDE, mais affiche un taux d’admission et une durée d’hospitalisation plus élevés.

Pour l’OCDE, la charge qui pèse sur l’hôpital pourrait être réduite par un meilleur recours à la médecine de ville. De la même manière, elle estime que de nouveaux rôles pourraient être attribués aux infirmiers ou aux pharmaciens pour alléger la charge de travail des médecins de ville, sans compromettre la qualité des soins. 

Sur ces points, la France a déjà engagé des mesures, comme avec l’extension programmée du nombre de maison de santé, l’encouragement de la télémédecine ou encore la création du poste d’ « infirmier en pratique avancée ».

Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.