Nouvelles vaccinations obligatoires

Publiée 06 février 2018

Fiche conseil 👍

Malgré les polémiques, l’obligation vaccinale a été étendue de 3 à 11 vaccins pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018.
La Médicale fait le point sur les nouveautés du calendrier vaccinal et sur la conduite à tenir face aux résistances de certains parents.

Quels sont les Professionnels de Santé concernés ?

  • En premier lieu : les médecins généralistes, les pédiatres mais aussi les sages-femmes. Les infirmiers peuvent vacciner sur prescription d’un médecin.
  • Bon à savoir : vous pouvez également orienter les parents vers un centre de vaccination ou de Protection maternelle et infantile (PMI) où ils pourront faire vacciner leur enfant gratuitement.

Quels sont les 8 nouveaux vaccins obligatoires ?

  • Alors que la couverture vaccinale en France diminue depuis plusieurs années, on constate que certains virus comme celui de la rougeole réapparaissent. Le ministère de la Santé a donc décidé de frapper fort en rendant obligatoires pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 huit vaccins jusqu’alors simplement recommandés.
  • Désormais, tous les bébés nés à partir du 1er janvier 2018 doivent être vaccinés dans leurs dix-huit premiers mois contre la coqueluche, l’Haemophilus influenza b, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole. En plus des traditionnels diphtérie-tétanos-polio.
  • Cette obligation conditionne leur entrée ou leur maintien en collectivité. Les enfants nés avant le 1er janvier 2018 ne sont pas soumis à cette obligation.

Le carnet de santé est-il maintenu ?

  • Oui, tous les vaccins doivent être notés sur le carnet de santé comme auparavant, mais il est prévu des certificats de santé pour les moins de deux ans. Ces documents seront présentés pour toute admission en crèche, école…

Que faire face à un refus de vaccination ?

  • Pas grand-chose… Si ce n’est de tenter de sensibiliser les parents ! En effet, ils sont libres de leur choix, mais il n’est pas inutile de leur rappeler que si leur enfant non vacciné en contamine un autre, ils peuvent être poursuivis pénalement.
  • La recommandation de La Médicale :
    • Invitez les parents à se rendre sur le site vaccination-info-service.fr très pédagogique.
    • Gardez la notification de ce refus, dans vos tablettes, sur papier libre ou dans le dossier patient.

Un soignant habilité peut-il refuser de vacciner ?

  • En théorie non, mais en pratique oui. Vous êtes soumis au Code de déontologie et devez donc informer clairement les parents de votre décision et renvoyer ceux-ci vers un autre confrère ou un centre de PMI.
  • En cas de contre-indication à la vaccination, vous devrez rédiger un certificat de contre-indication provisoire ou définitif (ce qui demeure très rare). Comme dans toute rédaction d’un certificat médical, vous êtes soumis au secret médical.
Par conséquent, l’établissement d’accueil des enfants de moins de deux ans, ne peut pas contraindre les parents à donner les raisons médicales de contre-indication pour leur enfant.

 Les chiffres :
  • 30% des adultes ne sont pas à jour du rappel DTP (diphtérie-tétanos-polio) source : INPS
  • 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France entre 2008 et 2016.
 La date :
  • La Semaine de la vaccination 2018 a lieu du 23 au 29 avril 2018.

Contactez-nous

Recherchez votre agence

rechercher agences La MédicaleEn cliquant
sur la carte

Posez une question, informez-vous

Les assurances Médicale de France proposent des prestations spécifiques pour les métiers de la santé : découvrez les offres responsabilité civile pour professionnel de santé, la protection juridique du médecin, l'assurance emprunteur du professionnel de santé et les offres multirisques habitation pour protéger le lieu de travail