Health Data Hub : la recherche passe à la vitesse supérieure

Publiée 10 février 2020

esanté data patients 

Pour l’anecdote, la création du Health Data Hub (HDH) trouve son origine dans un rapport sur l’Intelligence artificielle remis au chef de l’Etat en 2018 par le député mathématicien Cédric Villani… Pour autant, le HDH s’inscrit dans un mouvement déjà amorcé depuis 2016. En effet, c’est à ce moment que le Système national des données de santé (SNDS) a commencé à regrouper un certain nombre de bases de données. Mais avec le Health Data Hub, le changement d’échelle est de taille.

Concrètement, en plus des données de l’Assurance Maladie, les chercheurs auront, par exemple, également accès à d’autres bases de données, comme celles des passages aux urgences (16 millions par an) ou encore aux dossiers de 1,5 million de patients fournis par l’Institut national du cancer. « L’objectif du Hub est de décloisonner la structuration actuelle des données de santé françaises. D’une part, avec l’Assurance Maladie, nous disposons d’une base de données de remboursement, qui figure parmi les plus performantes du monde. Tandis que d’autre part, les données cliniques comme les scanners par exemple sont, elles, éparpillées entre les professionnels libéraux et les établissements de santé. L’idée est de les réunir et que les chercheurs puissent entraîner des algorithmes sur des bases de données désormais transversales. », explique David Gruson, spécialiste du secteur. Avec le « Hub », donc, ces métadonnées, toujours anonymisées, seront rassemblées. Et placées sous haute surveillance.

Garanties de sécurité

En effet, le Health Data Hub, placé sous l’autorité du ministère de la Santé est protégé par la Commission nationale informatique et liberté (CNIL). Son accès est réservé aux équipes de recherche qui ont développé « une application à base d’intelligence artificielle » à destination des professionnels de santé ou des patients. En clair, l’analyse des données santé réalisée par les chercheurs doivent s’inscrire dans un projet contribuant à faire avancer la prévention ou la thérapie dans tel ou tel domaine médical. Ils doivent en faire la demande auprès de la CNIL qui donne, ou non, son aval. 
Seulement, certains spécialistes ont fait part de leur réserve quant à la réelle sécurisation de l’accès à ces informations. En effet, le Health Data Hub est hébergé par un service de Microsoft, l’une des rares entités à pouvoir accueillir un tel volume d’éléments. Une inquiétude que tempérait, lors de l’annonce officielle de la création du HDH, la cheffe du projet à la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère de la Santé, Stéphanie Combes. Cette dernière indiquant que la donnée hébergée par l’un des membres des Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) est chiffrée et que la clef n’est pas détenue par Microsoft. En outre, les différents tests anti-« hacking » (piratage) développés par les services ad hoc du ministère ont tous fait preuve de leur efficience. 
Dernière information, le Health Data Hub est prévu pour être opérationnel au mois de mai prochain.

Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.