7 choses à savoir sur la médecine de catastrophe

Publiée 15 juillet 2019

médecine patients population 

La médecine de catastrophe s’est révélée nécessaire lors des années 1980 à l’occasion d’un accident ferroviaire à Lyon, puis à la suite des attentats de Paris dans les années 1990. C’est ainsi qu’un dispositif de mobilisation rapide des hôpitaux a été imaginé, baptisé le Plan blanc. Voici en quoi consiste la médecine de catastrophe.

Ce n’est pas un accident individuel

Les catastrophes, comme les attentats, provoquent un effet de sidération sur les victimes et les aidants. Dans la vie quotidienne, les efforts se concentrent sur les blessés les plus graves, car les équipes médicales disposent de tous les moyens, ce qui n’est pas toujours le cas lors d’attaques de masse. 
En zone hostile, les soignants peuvent eux-mêmes devenir des cibles.

Des blessures lourdes

Ce sont les blessures de guerres par explosion, polycriblages, brûlures et blasts, mais aussi par plaies balistiques causées par des munitions lourdes.

Un timing serré

L’objectif est de stabiliser le maximum de victimes, afin qu’ils soient en suite traités en chirurgie. C’est ce que les sauveteurs appellent la Golden Hour. 
Dans ces premiers instants, où tout se joue, il arrive faute de moyens que les soignants laissent de côté les blessés les plus graves, jusqu’à ce que les moyens ne soient plus saturés. Ce triage vise à sauver le plus grand nombre. 

Ce triage se fait au niveau du PMA (poste médical avancé). En pratique, il s’agit souvent d’une gare, d’une école, d’un café. Le diagnostic est réalisé par le médecin SAMU-SMUR le plus expérimenté. Il doit en particulier repérer les UA : blessés les plus graves nécessitant des gestes de réanimation et une évacuation médicalisée prioritaire. 

Les chances de survie des blessés dépendent aussi de la fluidité de la logistique et de la bonne transmission des communications.

Des techniques adaptées

Le damage control est une technique chirurgicale qui s’attaque en premier lieu aux hémorragies et aux délabrements. Il s’opère en trois temps : laparotomie écourtée, réanimation et reprise programmée. 

Un garrot peut aussi être utilisé avec un tourniquet, une méthode transmise par le service de santé des armées au Samu et aux sapeurs-pompiers.

Après la catastrophe

Un dispositif d’urgence médico-psychologique a été instauré après l’attentat du RER à Saint-Michel du 25 juillet 1995.Il s’agit d’éviter l’installation des troubles de stress post-traumatique (SPT). Ce sont les Cellules d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP) qui s’en chargent.

De nombreuses formations

Historiquement, c’est en 1981 qu’est apparu le premier enseignement universitaire de médecine de catastrophe structuré à la Faculté de médecine de Paris-Créteil.

Le CESU du CHU de Rouen a mis en place en 2013 une méthode pédagogique novatrice, basée sur une simulation à l’aide de figurines.

Le service de santé des armées participe activement à certaines formations hospitalo-universitaires du Samu31, y compris des professeurs agrégés de l’école du Val de Grace.
Des exercices grandeur nature sont aussi réalisés. 

Il existe aussi des formations spécialisées en cas de risques NRBC (Nucléaires, Radiologiques, Biologiques, Chimiques). 

Néanmoins, il reste du travail à faire. Selon une étude de l’Association française de chirurgie, divulguée lors de son dernier congrès annuel, moins de 40% de ses adhérents se disent prêts à affronter un afflux de victimes dans une situation d’attentat. Avec la baisse des accidents de la route, les praticiens ont aussi moins l’occasion d’intervenir sur des cas graves. 

Un processus continu

Les équipes qui gèrent les catastrophes prennent soin à chaque évènement d’en tirer un retour d’expérience. Lors des attentats, elles ont appris à ne pas mobiliser tous leurs moyens à la première attaque, car les terroristes ont pu planifier un surattentat ou une attaque à d’autres endroits. 

Pour aller + loin

Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.